Philosophie pour l'entreprise et pour les esprits entrepreneurs

L'entreprosophe – l'entreprise en questions


Jeudi, janvier 1st, 2015

2015, pour vous…

 

Chers abonnés, chers lecteurs, chers internautes…

Nous profitons de la tradition pour à la  fois vous souhaiter une belle année 2015 économiquement prometteuse et socialement constructive, et aussi pour vous remercier pour vos passages sur ce blog, réguliers ou occasionnels…

 

Nous remercions aussi nos clients pour leur fidélité et leur confiance… Vous êtes de plus en plus nombreux et de plus en plus demandeurs…. c’est notre fierté et notre raison de poursuivre nos efforts…  Que 2015 réponde à vos attentes!

Merci aussi à nos partenaires pour leur collaboration, leurs informations réseaux, leurs invitations, les rencontres, les surprises, leur aide et leurs conseils, …. Que 2015 soit riche en perspectives réjouissantes…

 

De merveilleux souvenirs ont alimenté les réflexions de ce blog, pas seulement en Alsace,  mais aussi et surtout grâce aux déplacements à Beyrouth (meilleur souvenir professionnel), en région parisienne, à Poitiers, en Lorraine, Franche-Comté, les coopérations avec l’Université de Strasbourg…

Notre souhaitons aux sciences humaines de poursuivre leurs travaux pour accompagner le management et la fonction RH… , et de nous éclairer par leurs questionnements, et leurs propositions… A venir sur ce blog quelques réflexions et des conseils de lecture!

En préparation suite à une demande, une publication pour une revue scientifique, …quelques pages à écrire donc sur la thématique de la culture et de l’entreprise. A suivre :)

 

A très bientôt, ici ou ailleurs!

 

Jeudi, novembre 20th, 2014

La réforme de la formation dans les TPE et les PME

Craintes et doutes circulent quant aux bienfaits de la réforme de la formation professionnelle pour les petites entreprises… Tout a commencé par un refus de la CGPME (syndicat employeur, Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises) de signer l’ANI de décembre 2013 sur la formation professionnelle. Pourquoi ? En grande partie pour des questions financières liée à la baisse des fonds mutualisés collectés par les OPCA et la complexité liée au suivi individuel des salariés notamment dans le cadre de l’instauration du CPF, Compte Personnel de Formation.   La loi a été promulguée, les décrets sont presque tous (!) publiés et les entreprises devront intégrer cette réforme dès janvier 2015… Nouvel effort législatif qui nécessite aussi un bon travail de compréhension. De plus, comme le rappelle un article de L’express/L’entreprise, « La Cour des comptes, dans un référé rendu public le 19 novembre, s’alarme de la mutualisation des fonds formation collectés par les Opca. Et pointe le danger d’assèchement des budgets formation des TPE/PME avec l’arrivée de la nouvelle loi. »

Comment rassurer les dirigeants face à la mise en œuvre de cette réforme ?

Read the rest of this entry »

Mercredi, novembre 19th, 2014

RSE et Philosophie

Alors que la RSE trouve sa place dans de plus en plus d’entreprises tout en suscitant l’intérêt des salariés et des consommateurs, on manque encore un peu de méthode pour la mettre en oeuvre.

La philosophie, une des sciences humaines qui s’attache à accompagner les décisions par la prise de hauteur, la définition, la problématisation et  la compréhension, s’invite en entreprise pour accompagner les projets RSE.

Interview d’un petit quart d’heure pour en savoir plus sur le rôle de l’éthique, de la culture et des qualités humaines telles que le courage… Réalisée par TV des entrepreneurs.

Social Share Toolbar
(Cette formation est en accès libre et gratuit. Retrouvez 1100 formations en vidéo disponibles dans le cadre d’abonnements pour les entrepreneurs et les managers sur: www.tvdesentrepreneurs.com)

Read the rest of this entry »

Jeudi, octobre 30th, 2014

Business et Philosophie en vidéo

 

Social Share Toolbar (Cette formation est en accès libre et gratuit. Retrouvez 1100 formations en vidéo disponibles dans le cadre d’abonnements pour les entrepreneurs et les managers sur: www.tvdesentrepreneurs.com)

 

La philosophie commence à s’inviter dans l’entreprise. Personnellement, je ne me considère pas comme une philosophe, je n’ai pas de titre particulier, ne suis pas chercheuse et ne réponds pas forcément aux exigences académiques. Néanmoins, j’ai fait des études de philosophie (à Lyon et à Tübingen en Allemagne) et j’ai conservé une vraie passion pour la lecture de certains auteurs : Platon, Kant, Nietzsche, Foucault, … tout en découvrant des écrivains plus actuels qui s’intéressent justement à des questions plus sociales et qui inspirent mes réflexions actuelles, plus particulièrement Axel Honneth, Hartmut Rosa, Jürgen Habermas, Didier Eribon, Edgar Morin). J’ai une expérience de terrain de plus de 12 ans qui me permet de partir de faits concrets en entreprises, vécus par moi ou par mes clients, et de les interroger à l’aide de la philosophie.  

      L’image de la philosophie et du philosophe :

o   Le philosophe apparaît souvent comme déconnecté du réel : modèle caricatural de l’intellectuel utilisant un jargon académique incompréhensible aux non-initiés, modèle du commentateur de l’actualité à la télévision moralisateur et donneur de leçons, modèle du gourou qui distribue des messages miracles à destination des entreprises pour booster la motivation et l’efficacité, …

o   On observe cependant un rapprochement progressif du monde de la philosophie et du monde de l’entreprise : modules de philosophie en école de commerce, conférences et séminaires avec des philosophes de renom, quelques titres en librairie, des clubs de dirigeants centrés sur la prise de recul qui invitent des philosophes sur des interventions thématiques, … : le philosophe commence à prendre la figure de celui qui « a des choses intéressantes à dire », qui interpelle mais qui pour autant ne trouve pas encore écho dans les pratiques mises en place…

les problématiques de l’entreprise qui intéressent la philosophie

o   les problématiques relationnelles : les relations de travail ne sont pas seulement instituées par un contrat de travail mais par une prise en compte de plus en plus exigeante des personnalités et attentes individuelles au détriment du collectif qui ne s’organise pas de manière innée : le management doit se réinventer pour inciter à plus de coopération, de solidarité, d’engagement pour les projets

o   les problématiques de suivi des parcours professionnels : l’inflation juridique galopante oblige les entreprises à gérer individuellement les parcours et à mettre en place des process rigides de GPEC, l’accompagnement des séniors, l’apparition du compte personnel de formation qui fait suite au DROIT individuel à la formation sous peine de contentieux… Les lourdeurs administratives freinent souvent des démarches plus innovantes au service de la performance de l’entreprise et d’un dialogue social au service de tous…

o   la RSE et le management de la diversité obligent à réinterroger les concepts de responsabilité et le rôle de l’entreprise sur son territoire.

o   D’autres questions apparaissent selon les activités : le fait religieux ; les suicides/burn-out/maladies psychologiques ; l’absentéisme et le présentéisme ; les remises en causes publiques des modes de sous-traitance internationaux… Les outils de l’entreprise sont-ils suffisants pour affronter ces nouvelles questions ?

la démarche des sciences humaines : la problématisation

o   redéfinir les mots : un » jargon entreprise » est utilisé au quotidien, parlons-nous tous de la même chose lorsque nous nous exprimons au sujet de la performance, de la réussite, de compétences, etc… ? La philosophie comme la sociologie, la psychologie et toutes les sciences humaines remettent en cause les évidences et montrent les failles de nos raisonnements souvent à la base de nombreux malentendus en entreprises qui mettent à mal le vivre-ensemble

o   problématiser : prendre de la hauteur sur une situation en interrogeant l’environnement et les mots qui servent à la décrire pour donner un nouvel angle de prise en compte des difficultés et opportunités et proposer de nouvelles réponses possibles La philosophie accompagne le management pour mieux comprendre son environnement et la réalité dans laquelle on évolue pour mieux la transformer… un art de vivre en entreprise, au travail, en société… :

o   prospective métiers + territoires : anticiper pour dessiner plusieurs scénarii de réponses possibles

o   analyse de la culture de l’entreprise o   mise en perspective de la stratégie pour comprendre ce qui sous-tend l’adhésion des équipes et organiser la communication

o   conduite du changement

o   définition de démarches éthiques o   …  

 

Prochainement d’autres vidéos sur la RSE et la philosophie, puis sur le droit du travail éclairé par la philosophie.

Restez informé, faites votre veille en vous abonnant à notre page Facebook : Phédon (toute l’actualité des RH et des sciences humaines en entreprise)  

Nelly Margotton

Social Share Toolbar

Vendredi, octobre 3rd, 2014

Le code du travail, un boulet?

Le « poids » du code du travail revient au centre des débats ces derniers temps : trop de lois, trop de pages, trop de contraintes, trop de protection pour les salariés, trop de risques de contentieux… Bref un frein à l’emploi, au management, à la compétitivité. C’est ainsi qu’il présenté pour donner prétexte aux velléités de quelques-uns de passer outre certaines mesures ou de les alléger. Le code du travail est-il vraiment un problème ?

Le droit du travail est un droit vivant, il évolue en fonction de l’environnement de l’entreprise et en fonction des transformations de la société, et il se fonde aussi sur des conflits existants ou passés dans les relations de travail entre employeurs et salariés (cf. jurisprudences, …). Si on examine les différentes sources du droit social, on apprend beaucoup sur l’histoire et la culture du travail dans notre société ; à l’origine, le droit social vise à rétablir un équilibre dans la relation de l’employeur et du salarié, puisque cet équilibre semblerait ne pas être naturel en termes de pouvoir de décision et d’action… Le droit social a pour objet de compenser l’inégalité propre à la loi du marché qui privilégie ceux qui décident en proposant un rééquilibrage par la voie juridique.  Ce rééquilibrage se matérialise par un contrat et par une protection juridique qui  ont pour objectif de poser les fondements de la relation entre employeur et salarié.

Cependant, on constate que les conflits sont de plus en plus importants, les actions auprès des Tribunaux Prud’homaux s’intensifient, de nouvelles revendications individuelles apparaissent (propres aux exigences liées à la vie privée ou religieuse), et les divergences entre les attentes des salariés (qualité de vie au travail, progression, …) et celles des employeurs (compétitivité, performance) sont de plus en plus fortes. Restaurer le dialogue n’est pas si simple puisque lui-même est souvent synonyme d’affrontements…

 

Le droit du travail et ses contraintes

Read the rest of this entry »

Mardi, septembre 23rd, 2014

Encourager la créativité sur les territoires

 

L’apport des sciences humaines au management et à la direction d’entreprise est très riche et permet de créer de nouvelles solutions pour répondre aux défis qui se présentent à nous… C’est la vocation de ce blog de poser des questions autour de ces thématiques… Et bonne surprise du printemps 2014, un de mes lecteurs m’a sollicitée pour intervenir dans le cadre de cet événement très prometteur en échanges :

Troisièmes Journées d’automne européennes et francophones de la créativité dans les territoires

Trois journées de tables rondes, d’ateliers pour échanger autour de la question : comment mobiliser efficacement pour la créativité des territoires ?

Ces journées auront lieu du 22 au 24 octobre à Poitiers et sont bien entendu ouvertes au public. Pour vous inscrire, cliquez et remplissez le formulaire! Lien du site internet : ici.

Le programme (en cours de finalisation) ci-dessous pour vous donner envie de nous rejoindre; je ferai un petit compte-rendu sur ce blog). Pour ma part, j’aurai le plaisir de contribuer à la table ronde due vendredi matin sur « l’exigence culturelle, une nécessité pour dynamiser la créativité dans les territoires » avec d’autres intervenants.

Read the rest of this entry »

Mercredi, septembre 10th, 2014

Relations de travail : des outils à la méthode…

La fonction RH est en profonde mutation, elle s’interroge sur sa mission et ses marges de manœuvres, elle doute et ne demande qu’à prendre sa place et s’épanouir vraiment dans l’entreprise.

Ces dernières années ont été riches en remises en questions multiples : les urgences du quotidien et les contraintes économiques ont fortement pesé sur la raison d’être de la fonction RH ainsi que sur les épaules des DRH souvent montrés du doigt. Pas toujours facile dans ces contextes de turbulence de défendre ses missions et de prendre le temps de s’occuper de la vocation humaniste incarnée théoriquement par le DRH : penser l’humain en entreprise. C’est-à-dire ? Tout simplement comprendre la place de l’homme individuellement et collectivement dans le projet d’entreprise ; rien ne pourra s’accomplir sans l’humain… autant le préserver. Comment ? Non pas de manière caricaturale en répondant à toutes ses demandes ; tout simplement en l’aidant à accomplir sa nature, celle d’une personne et non pas d’un élément d’une masse, nature qui tend vers l’accomplissement d’un projet de vie dont le temps passé en entreprise peut représenter (ou pas) un moteur ou un levier.

La société de consommation tend à considérer la clientèle comme une masse afin de créer et commercialiser des produits pour une ciblé bien déterminée ; la gestion des hommes tend à considérer ses salariés et parties prenantes comme un collectif, c’est-à-dire non pas comme une masse mais comme une somme d’individualités et comme une entité à part entière (LE collectif), qui doit permettre à une entreprise de réaliser ses projets… c’est plus complexe ; mais c’est important de faire la différence.

 

Une fonction RH qui se professionnalise

Read the rest of this entry »

Vendredi, juin 27th, 2014

Se former dans les Ressources Humaines en 2014

L’année (académique) se termine progressivement au rythme des derniers modules, de la rédaction des éventuels mémoires et du passage des partiels sur des thématiques aussi variées que spécialisées : formation, recrutement, législation sociale, management des processus, communication interne… etc. etc. !

 

Avec une particularité cette année… encore : des réformes, des réformes, des réformes… qui nous font dire à nous formateurs/intervenants/professeurs : « voici comment cela fonctionne aujourd’hui/en ce moment/jusqu’au 31 décembre… et voici les changements sachant que comme les décrets d’application ne sont pas publiés, mes propos sont à mettre au conditionnel et devront faire l’objet d’une mise à jour » ! Réforme de la formation et création du compte pénibilité sont deux exemples probants ! Quant à l’instauration des nouvelles dispositions relatives au temps partiel et à la mise en place de la base de données unique, on a les textes, mais pas ou très peu d’exemples concrets car les entreprises sont en train de s’approprier ces nouvelles contraintes… Bref, quelle année J

Read the rest of this entry »

Mercredi, juin 18th, 2014

Le métier de formateur à l’heure de la réforme

De nombreux métiers évoluent à toute vitesse, c’est aussi le cas du métier de formateur qui nécessite une véritable remise en question des acteurs !

Nouvelles technologies, changement des attentes des employeurs, besoins plus spécifiques des participants, évolution des entreprises, difficultés économiques, réformes de la formation professionnelle, sécurisation des parcours…. Autant de sujets qui ont une influence considérable sur le métier de formateur et qui nécessitent une prise de conscience rapide des cabinets ainsi qu’une capacité à innover pour répondre à ces mutations.

 

Formation et transmission des connaissances

Le formateur n’a plus le rôle aujourd’hui de celui qui sait, de la référence sur un sujet précis… Se faire remplacer par Google, Wikipedia et autres sources immatérielles, c’est un comble pour une profession qui se croyait gardienne d’un temple de connaissances, et héroïne de la transmission des nouvelles compétences.

Et puis, les blogs de conseils envahissent la toile, notamment en management mais aussi sur des thématiques techniques, juridiques, financières, etc, et proposent gratuitement ou presque les solutions clés en main pour atteindre ses objectifs. A coups de titres accrocheurs (et parfois même presque « racoleurs »), on a accès aux « 10 meilleures manières de … / 5 solutions pour… / 8 raisons de…  / 12 méthodes pour… gérer les conflits, créer un site internet, mettre en place un budget, animer une réunion, utiliser tel logiciel, etc…

Read the rest of this entry »

Jeudi, juin 5th, 2014

Individualisme en entreprise et intelligence collective

J’étais invitée il y a deux semaines par l’équipe du Master RTNO de l’IAE de Metz à m’exprimer sur ce sujet dans le cadre d’une conférence sur l’intelligence collective au service de la performance et de l’innovation, organisée avec quatre intervenants ; sujet passionnant pour lequel je souhaite retranscrire par écrit les propos que je souhaitais proposer lors de mon intervention.

 

Travailler en équipe, notamment sur des projets internationaux à dimension multiculturelle, c’est une expérience que je connais et qui me permet d’appréhender concrètement ce qui se joue dans les relations de groupe qui doivent produire des idées et surtout des actions innovantes permettant de résoudre des problématiques actuelles ou futures. C’est dans ces relations que sont valorisées justement les différences individuelles qui opèrent à la fois comme des critères de distinction, mais qui permettent aussi de travailler autour de tout ce qui rassemble…

 

L’individu en quête de liberté, et en refus d’une autorité imposée…

Vous souvenez-vous du conte que l’on racontait aux enfants il y a quelques années pour les inciter à obéir ? Je reprends cet exemple de la chèvre de M Seguin, utilisé déjà par François de Singly  dans Les Uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien.

Lassé de perdre toutes ses chèvres mangées par le loup, M Seguin décide d’attacher Blanquette avec une corde pour être sûr qu’elle ne s’enfuie pas ; cependant, la contemplation de la montagne, de la beauté des paysages et l’aspect alléchant de l’herbe verte à l’horizon incitent Blanquette à supplier son maître de la laisser explorer le paysage. Ils négocient ensemble et finalement, M Seguin rallonge la corde. Cela ne suffit bientôt plus à Blanquette qui réussit malgré tout à s’enfuir et    … se fait manger par le loup après avoir combattu vaillamment.

Le personnage de la chèvre de M. Seguin illustre bien ce besoin d’émancipation qui caractérise l’individu tel qu’il s’est développé récemment au XXème et surtout en ce XXIème siècle : l’émancipation, le besoin de ne pas rester sur ses acquis et de répondre à sa curiosité pour explorer son environnement et s’y épanouir le plus possible, la volonté de faire son propre chemin sans forcément tenir compte des indications de ses aînés, chercher la coopération pour ne pas se faire manger par les loups qui prennent des formes diverses dans notre société (dictature, décisions arbitraires, précarité, …).  La chèvre voulait simplement découvrir et construire sa vie par l’expérience… mais sans préparation, sans confiance, elle a dû subir des conséquences fatales qui traduisent aussi un grand pessimisme de l’auteur et d’une époque antérieure où l’émancipation n’en était encore qu’à ses prémisses.

Le statut de salarié insuffisant pour prendre en compte l’individu en entreprise

Read the rest of this entry »