Philosophie pour l'entreprise et pour les esprits entrepreneurs

L'entreprosophe – l'entreprise en questions


Samedi, février 9th, 2019

3 nouvelles chroniques radio

Voici mes 3 dernières petites chroniques sur RCF Alsace

 

Peut-on vraiment être authentique?

Questionner la parentalité :

Choisir entre progrès technologique et planète?

Social Share Toolbar

Vendredi, janvier 25th, 2019

Émancipation dans les quartiers dits « sensibles » : créer de nouveaux possibles?

(éditeur photo : shutterstock)

L’émancipation, valeur proclamée de notre temps comme affirmation d’une liberté individuelle et de la capacité de tracer sa propre route, est-elle accessible et désirable pour tous nos concitoyens, notamment ceux qui semblent s’être accommodés d’une forme de déterminisme social, culturel et éducatif dans les quartiers dits « sensibles » des grandes agglomérations ?

Certains travailleurs sociaux et éducatifs affirment en effet avoir l’impression d’être missionnés pour orienter leurs actions d’accompagnement vers des « parcours préfabriqués de compensation », peu propices à encourager l’imaginaire des habitants à dévier du chemin de leurs aînés, à se projeter de l’autre côté du périph, du quartier, de la ville, du pays…  Au lieu d’ouvrir des portes vers l’inconnu, sans doute jugé trop risqué, et donc sans « assurance » de succès obligatoire pour certaines mentalités pour qui l’avenir se calcule et se garantit, au lieu donc d’envisager de transformer ces trajectoires, de prendre le temps de les considérer de manière critique, doit-on se résigner à estimer que l’affranchissement n’est accessible qu’à ceux qui l’ont reçu en héritage d’aïeux mieux préparés ? Que l’émancipation ne peut être que le résultat d’une décision individuelle de celui qui aurait été capable de renverser la table pour quitter son monde et s’affirmer dans un nouvel nvironnement ?…

Sans doute le mot émancipation est moins clair qu’il n’y parait s’il n’est associé qu’à des conceptions méritocratiques et individualistes… Tout aussi ambigu que le mot « autonomie » qui laisse parfois envisager la perspective de création d’un moi autosuffisant… sans considération pour les interdépendances, le contexte et les aléas de l’existence.

Examinons la définition juridique ainsi que l’étymologie…  L’émancipation exprime l’idée d’affranchir ou de s’affranchir d’une tutelle ou d’une dépendance ; elle précise de quoi l’émancipé se libère mais ne désigne pas de direction précise à prendre, tout est ouvert. L’étymologie est d’autant plus intéressante qu’elle évoque le lien entre l’émancipé et le tuteur ; en effet, « manu capere » signifie prendre par la main. L’émancipation serait donc un acte libérateur, le tuteur choisissant, décidant de lâcher la main de l’émancipé…, comme c’était le cas lors de l’affranchissement des esclaves qu’on décidait d’affranchir du droit de la vente… Une décision qui vient du tuteur donc, et non pas de l’émancipé, ce qui signifierait qu’il y aurait un moment propice pour l’émancipation ?

 

A quel moment devient-on autonome ?

Read the rest of this entry »

Jeudi, janvier 24th, 2019

Ma deuxième chronique sur RCF Radio portait sur cette injonction bien connue portée par tous nos dirigeants et responsables, celle qui exige de DONNER DU SENS…

Si nous sommes tous (ou presque!) en quête de sens, est-ce pour autant le rôle des autres – ceux qui nous dirigent, nous gouvernent, nous accompagnent – de donner du sens?

Pour suivre le direct, c’est tous les vendredis, vers 12h15 dans l’émission de Nicolas Humbert « Bienvenue chez vous »! Sur internet ou sur la DAB+ (radio numérique).

Et le podcast :


Social Share Toolbar

Vendredi, janvier 11th, 2019

Ma 1ère chronique radio de l’année sur les voeux…

J’ai le plaisir d’animer désormais une chronique hebdomadaire de 3 minutes consacrée à nos questionnements philosophiques sur RCF, qui vient de lancer son antenne locale à Strasbourg!

Une équipe chaleureuse et très professionnelle m’apprend à enregistrer et m’exprimer sur ce type de média que je vais apprivoiser petit à petit.

A suivre tous les vendredis à 12h15 sur RCF Strasbourg ou en podcast sur la page de l’émission.

La première, c’est aussi ici :

Social Share Toolbar

Mercredi, janvier 9th, 2019

Peut-on vraiment donner du sens au travail?

Donner du sens au travail, voici une nouvelle mission que l’on donne aux responsables RH, et c’est sur l’idée de cette « mission » que nous devons nous interroger, dans le sens où, si elle est présentée comme telle, c’est qu’on envisage d’évaluer la pertinence et l’efficacité de sa mise en œuvre… ; et qu’elle fait donc l’objet d’une description opérationnelle assez claire et de compétences définies pour y parvenir… Mais est-ce le cas ? Certains me répondront que des actions liées à la promotion de la QVT (« qualité de vie au travail »), à la mise en place de travail collaboratif, à un renforcement des actions de communication interne, etc, ont vocation à donner du sens… En êtes-vous vraiment sûrs ?

A QUOI doit-on donner du sens ? Si c’est bien « au travail », pourquoi les réponses concernent-elles les conditions de travail et non pas son contenu ?

A QUI doit-on donner du sens ? Si c’est bien au salarié, c’est pour répondre à une attente, un besoin, cette fameuse « quête » de sens dont on parle partout, puisqu’elle concerne autant l’entreprise que par exemple les réformes quand il s’agit de politique, les apprentissages quand il s’agit d’enseignement, … Mais nous sommes-nous réellement interrogés sur cette quête de sens, et notamment sur ce qu’elle peut signifier en entreprise ? Car si l’on considère que donner du sens est une mission comme une autre, avec un résultat à obtenir, résultat qui, ne le cachons pas, consiste à obtenir l’engagement des salariés, est-on sûr de répondre réellement à la demande ?

Les acteurs RH souffrant déjà d’une image peu reluisante la plupart du temps alors que leurs responsabilités aujourd’hui sont immenses, ils ont tout intérêt à se poser cette question pour qu’elle ne devienne pas une injonction… parmi d’autres, mal comprise et par conséquent, entraînant des réponses décevantes.

 

Que signifie cette quête de sens ?

Read the rest of this entry »

Mardi, janvier 8th, 2019

La philosophie au service des RH

J’aurai le plaisir d’intervenir ce soir pour animer le premier Afterwork RH Strasbourg de l’année!

Le titre de ma conférence : Peut-on vraiment donner du sens au travail. Un compte-rendu sera publié ici.

J’ai le plaisir en atttendant de vous présenter cet entretien que m’a accordé la station de radio RCF, antenne de Strasbourg, pour parler à la fois du thème de cette conférence mais aussi des liens entre la fonction RH et la philosophie. Donc si vous avez 10 minutes, n’hésitez pas à écouter :)

(NB : je ne vous cache pas que le titre avec le mot « outil » associé à la philosophie me chiffonne un peu…. mais ce sera l’objet d’un petit article ultérieur…)

Social Share Toolbar

Jeudi, décembre 6th, 2018

La parentalité, une énigme

 

(initialement publié le 14 novembre sur mon autre blog « Prendre ses mots en patience » : ici

La question de la fonction parentale, qui est régulièrement pointée du doigt pour expliquer des faits de délinquance d’adolescents ou une prétendue baisse des capacités intellectuelles de « nos jeunes », est rarement interrogée en tant que concept… Les propos sont plutôt souvent moralisateurs à son égard. Et pourtant, le besoin de mieux l’appréhender existe, et remet en cause son apparente évidence…On peut par exemple constater qu’on explore la parentalité de plus en plus régulièrement dans l’art, et notamment la littérature (dans les autofictions surtout, qui retracent des parcours d’un ou plusieurs parents et des relations complexes nouées avec eux comme chez E. Fottorino, P Bruckner, A. Ernaux, S. Chalandon …), dans le cinéma sous différents prétextes, de manière comique par exemple (avec l’Amour flou) ou plus dramatique (avec Capharnaüm), ou dans des sketchs d’humoristes (comme dans le célèbre  « Les Mamans calmes » de Florence Foresti) ; à chaque fois est mise en évidence la difficulté à exercer ce rôle de parent, qui finalement malgré les générations qui se succèdent et expérimentent cette fonction, et malgré les différentes formes de structures de soutien à la parentalité et autres ateliers de coaching, reste une aventure où l’exploration et l’erreur sont quotidiennes… Il est par ailleurs souvent amusant de constater à quel point on perd ses principes et toutes ses conceptions de « sachant » dès qu’on a soi-même des enfants : on devient soudain beaucoup plus indulgent et compatissant face à nos alter-egos dépassés par la fougue de leur progéniture ! L’évidence confrontée à l’expérience nous indique déjà le chemin à emprunter pour interroger la notion « fonction parentale »

La parentalité, un mot récent

Read the rest of this entry »

Samedi, novembre 24th, 2018

Prochain atelier « philo et travail » sur l’INTELLIGENCE MANAGERIALE !

 

Quelle intelligence managériale pour le monde du travail ?
Quand on nous parle d’intelligence en entreprise, on fait surtout référence à l’intelligence artificielle qui véhicule à la fois promesses et fantasmes…L’intelligence humaine est moins évoquée, on préfère l’aborder en termes de compétence(s), potentiel, talent(s), leadership, capacité(s), capital humain, et en lien avec l’idée de performance.

On peut noter aussi l’émergence de la valorisation de l’intelligence émotionnelle, présentée comme une dimension importante de la compréhension du « facteur » humain en entreprise.

Et puis l’intelligence collective, qui suscite de nombreux espoirs…

L’intelligence « tout court » à disparu du vocabulaire dans le monde du travail, qu’est-ce que cela pourrait signifier ? Et comment alors aborder la thématique d’une intelligence managériale, rarement (voire jamais ?) évoquée sur les descriptions de profil des responsables ? Est-elle abordée sans la nommer, ou délaissée au profit de d’autres caractéristiques plus en phase avec les attentes ? A quels enjeux ce terme fait-il écho ?
Lors de cet atelier, vous travaillerez en sous-groupes, guidés par l’animatrice, puis nous débattrons tous ensemble. L’atelier sera complété par une bibliographie et un article de synthèse.

Une séance de 2h, soit sous format petit-déjeuner (5/12 à 8h30), soit sous format afterwork (11/12 à 19h). Collations et boissons comprises dans le tarif. Nombre de places limité à 10 personnes par séance !
Organisation et animation : Nelly Margotton

Lieu ; cabinet PHEDON à Strasbourg (centre ville). Adresse exactes sur vos billets de réservation!

Inscription et réservation obligatoire : cliquez!

Jeudi, mai 3rd, 2018

Burnout, dépression, harcèlement, …  Quel retour à l’emploi?

Mal-être, dépression, fatigue morale, burn-out, …. Les mots sont variés, les causes aussi, mais les souffrances se présentent comme bien réelles. Fait de société, à l’origine de nombreux travaux associant des disciplines aussi diverses que la psychanalyse, la médecine, la sociologie, la philosophie et même l’économie, cette question nous incite à essayer de comprendre un peu mieux ce qui se joue dans ces relations des personnes à leur travail, afin de pouvoir mieux accompagner ceux qui présentent des symptômes caractéristiques de ces états qui influencent des comportements peu propices au retour rapide en entreprise.

De l’apathie à la procrastination, du découragement à l’agressivité, en passant par des affections physiques, les angoisses, les insomnies, etc…., les moments de doute, de découragement, de perte de confiance tendent aussi à fragiliser toutes les relations des personnes concernées, ce qui peut ensuite par ricochet introduire de nouvelles ruptures dans leur vie, et donc de nouveaux doutes…., et une accentuation de la souffrance.

Read the rest of this entry »

Samedi, mars 24th, 2018

Bonheur au travail, fausse réponse à de vrais besoins?

Rien n’est plus suspect qu’un propos qu’on tient pour une évidence et dont on n’interroge pas la signification… La question du « bonheur au travail » semble prendre ce chemin. Magazines, articles, enquêtes, sondages, livres, reportages, think tank, formations, écoles… : le sujet est très présent, on peut au moins dire qu’il crée de l’audience….. Il est par ailleurs utilisé parfois pour attirer les « meilleurs » candidats chez les recruteurs, on leur promet du bonheur s’ils rejoignent l’équipe…. Au sommet de la glorification du bonheur au travail se trouve le CHO, Chief Happiness Officer, souvent traduit par « responsable du bonheur en entreprise »….. fonction occupée par des DRH « nouvelle génération » qui disposeraient de recettes pour rendre heureux les salariés, et qui peuvent se faire aider par des consultants spécialisés en bonheur… Loin de moi la volonté d’incriminer ces derniers, qui souvent s’engagent dans leur mission avec une grande détermination et des méthodes rationnelles conçues avec sérieux, pour autant je m’interroge sur la définition que tous ces spécialistes donnent au mot bonheur…. Et j’ai beau chercher, je ne la trouve pas.

Read the rest of this entry »